Activité et apprentissages. Les manips radio aussi !

Télécharger un exemplaire en pdf

Accompagner dans l’action est la clef du succès en formation professionnelle. L’action peut se réaliser entre les murs de l’institut de formation, dans une salle de cours ou en laboratoire de simulation. Elle peut aussi se tenir lors de moments dédiés, en stage, ou dans toute autre circonstance de la vie professionnelle ou extra professionnelle.

Il est couramment admis que les compétences se développent prioritairement dans l’action mais des connaissances sont acquises aussi dans et par l’action. Certains savoirs, utiles, sont appris dans l’activité, d’autres seront oubliés ou jugés non opératoires.

Les connaissances intégrées par l’individu lors de son activité sont des savoirs qui auront été mis à l’épreuve des situations. L’activité, avec ses tours et détours, contribue ainsi à sélectionner les savoirs, à les mettre à sa main, pour agir avec plus d’efficacité.

L’activité est un moyen d’apprentissage efficace parce qu’elle amène l’étudiant à traiter consciemment l’information que les formateurs lui proposent. Il crée les stratégies cognitives et métacognitives nécessaires pour s’orienter vers les apprentissages et maintenir les efforts de mémorisation et de mise en relation avec les problèmes professionnels à résoudre.

L’implication active de l’étudiant se révèle payante en termes d’évaluation. Les étudiants qui suivent le même cours avec des méthodes magistrales échoueraient une fois et demi plus que les étudiants qui ont bénéficié de méthodes actives.

Le rôle de l’activité est donc central quand il s’agit « d’apprendre à faire et d’apprendre en faisant ». C’est le sens de l’article de Damien Coradin : « Comment mieux accompagner les apprentissages dans l’action ? ». L’auteur y considère le rôle de l’activité (et de l’analyse de de l’activité !) dans les apprentissages des manipulateurs d’électroradiologie médicale.

Cette approche est classique en didactique professionnelle. L’étudiant est amené à prendre conscience de la manière dont son activité est structurée au plan cognitif. Il fait face à une situation contenant un problème professionnel à résoudre. L’identification du problème est le point de départ de son activité avec une fixation de buts, de mobilisation de connaissances et de règles d’action destinées à résoudre le problème et à apprécier les résultats. Se produit alors une double régulation, régulation en situation pour adapter son action à l’évolution perçue et une régulation à plus long terme destinée à transférer les compétences dans une prochaine situation.

Damien Coradin est cadre supérieur de santé paramédical, adjoint à la Direction de la formation continue IFMEM/IFTLM/CFPPH – AP-HP

Lire l’article

D. Coradin. Comment mieux accompagner les apprentissages dans l’action ? Le Manipulateur d’imagerie médicale et de radiothérapie. 2018 mars ; 276 : 27-30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *