L’entretien de corégulation en éducation thérapeutique du patient (5/5)

Télécharger un exemplaire en pdf

L’entretien de corégulation en éducation thérapeutique du patient. Analyser la coopération soignant-soigné.

Ce texte sera publié en 5 chapitres successifs et sera téléchargeable à l’issue du dernier numéro  :

1- Le contexte de l’éducation thérapeutique du patient

2- L’éducation thérapeutique du patient est une relation de service

3- Co-analyser l’activité d’éducation thérapeutique du patient

4- L’entretien de corégulation, proposition de méthode

5- Conclusion et bibliographie

L’article complet en .pdf

 

5  Conclusion

Il nous apparait, en conclusion que le processus de corégulation des entretiens d’éducation thérapeutique est essentiellement une démarche d’élicitation. Le but de la démarche, dans le contexte d’une relation de service si particulière, est d’amener autrui à statuer sur des hypothèses qui concernent, de part et d’autre, les moyens d’une coopération efficace. En quelque sorte, il s’agit d’arracher à l’autre sa part de vérité pour réguler les actions des deux protagonistes.

Plusieurs facteurs concourent ici à la réussite d’une élicitation mutuelle. Comme le remarque Willemien Visser à propos des connaissances expertes (Visser, 2006), l’étude est menée en situation, ce qui est préférable à une étude hors situation et qui obligerait à reconstruire de mémoire. Dans ce dernier cas, pour comprendre les structures de connaissances des soignants ou des patients il serait nécessaire de procéder à l’aide d’entretiens d’explicitation (Vermersch, 2004) mais les modalités de mise en œuvre ne seraient pas accessibles. Or, nous disposons du film de l’entretien d’éducation. Nous pouvons donc analyser le produit final si utile pour comprendre les raisonnements qui ont conduit à cette réalisation et les modes de réajustement en situation.

La présence du patient dans l’analyse de la relation de service est plus originale. Elle est pour nous essentielle. Au-delà des informations inestimables que le patient apporte à l’analyse, sa présence est cohérente avec les courants les plus avancés de l’éducation thérapeutique du patient, favorables à un patient agentique qui prend en main son devenir et qui gère sa santé dans la maladie.

Les rôles sont renversés, le patient prend sa part de la coopération et y participe activement. Cantonné jusque ces dernières années à l’approbation du traitement et à la révérence au médecin, le patient peut stimuler le soignant pour produire ses connaissances. Après tout, il est légitime de penser que le patient est expert de lui-même, tout juste faut-il l’aider à expliciter ses connaissances.

http://farm3.staticflickr.com/2634/3856197049_53dd1bb650_n.jpg

Merci à @NathalieAlglave pour ses commentaires attentifs et pertinents dus à une lecture attentive de la version provisoire de ce texte.

 

Bibliographie

Alglave, N. (2012). La relation éducative dans le cadre de l’éducation thérapeutique du patient. Soins, (770), 35‑36.

Baeza, C. (2011). Enjeux et perspectives en éducation thérapeutique du patient : des soignants formés en sciences de l’éducation. Recherches en éducation, (11), 119‑128.

Bakhtine, M. (1970). La Poétique de Dostoïevski. Paris: Éditions du Seuil.

Bandura, A. (2001). Social cognitive theory : an agentic perspective. Annual review of psychology, 52, 1 ‑ 26.

Bandura, A. (2003). Auto-efficacité. Le sentiment d’efficacité personnelle. Bruxelles: De Boeck.

Barrier, P. (2008). L’auto-normativité du patient chronique: un concept novateur pour la relation de soin et l’éducation thérapeutique. ALTER, 2(4), 271‑291.

Barrier, P. (2009). Education thérapeutique et auto-normativité. IPCEM. Consulté septembre 4, 2012, à l’adresse http://ipcem.org/ETP/PDFetp/ETPautonormativite.pdf

Beresniak, A., & Duru, G. (2007). Économie de la santé. Paris: Elsevier-Masson.

Canguilhem, G. (1966). Le normal et le pathologique. Paris: PUF.

Canguilhem, G. (1989). Régulation. Encyclopædia Universalis. Consulté décembre 26, 2012, à l’adresse http://www.universalis.fr/encyclopedie/regulation-epistemologie/

Caroly, S., & Weill-Fassina, A. (2007). En quoi différentes approches de l’activité collective des relations de services interrogent la pluralité des modèles de l’activité en ergonomie ? @ctivités, 4(1), 85‑97.

Carré, P., & Moisan, A. (1997). L’autoformation, psychopédagogie, ingénierie, sociologie. Paris: PUF.

Cerf, M., & Falzon, P. (2005). Situations de service : travailler dans l’interaction (1re éd.). Paris: Presses universitaires de France.

Clot, Y., & Faïta, D. (2000). Entretiens en autoconfrontation croisée : une méthode en clinique de l’activité. Pistes, 2. Consulté à l’adresse http://www.pistes.uqam.ca/v2n1/pdf/v2n1a3.pdf

Collin, J.-F. (2009). Éducation thérapeutique du patient : des concepts qui interrogent pratiques de soins et politiques de santé. Obésité, (3), 17‑22.

Du Tertre, C. (2005). Services immatériels et relationnels : intensité du travail et santé. @ctivités, 2(1), 37‑49.

Ellefsen, E. (2010). L’expérience de sclérodermie systémique et de santé-dans-la-maladie pour des adultes : une étude phénoménologique existentielle herméneutique (Ph. D. en sciences infirmières). Montréal, Montréal. Consulté à l’adresse https://papyrus.bib.umontreal.ca/jspui/bitstream/1866/5108/7/Ellefsen_Edith_M_2010_these.pdf

Estryn-Béhar, M. (2008). Santé et satisfaction des soignants au travail en France et en Europe. Rennes: Presses de l’EHESP.

Evain, A. (2012). Éducation Thérapeutique du Patient. Qui mieux qu’un patient peut éduquer votre patient ? Observatoire de la régionalisation. Consulté septembre 4, 2012, à l’adresse http://www.observatoiresante.fr/uploads/documents/files/2012-06%20-%20Entretien%20Olivier%20Blaise%20%28Patient%20Expert%20et%20ETP.pdf

Faita, D., & Vieira, M. (2003). Réflexions méthodologiques sur l’autoconfrontation croisée. Skholé, Hors-série(1), 57‑68.

Falzon, P. (1994). Dialogues fonctionnels et activité collective. Le Travail Humain, 57(4), 299‑312.

Falzon, P., & Darses,  françoise. (1992). Les processus de coopération dans des dialogues d’assistance. In XXVIIème congrès de la SELF. Lille: SELF.

Falzon, P., & Lapeyrière, S. (1998). L’usager et l’opérateur : Ergonomie et relations de service. Le Travail Humain, 61(1), 69‑90.

Figari, G., & Ardoino, J. (1994). Evaluer : quel référentiel ? Bruxelles: De Boeck-Wesmael.

INPES. (2011, aout). Elaboration d’un référentiel de compétences en éducation thérapeuthique du patient. Le référentiel des praticiens. inpes.sante. Consulté mai 5, 2012, à l’adresse http://www.inpes.sante.fr/referentiel-competences-ETP/pdf/referentiel-praticien.pdf

Kostulski, K. (2005). Développement de la pensée et du rapport à l’autre dans une interlocution : Est-ce que c’est un endroit pour poser un paquet de contre-rails ? ». Cahiers de linguistique française, (26).

Lagger, G., Chambouleyron, M., Lasserre Moutet, A., & Giordan, A. (2008). Education thérapeutique. Médecine, (Mai), 223‑226.

Mayen, P. (1998). Dynamique de la pensée et processus d’élaboration pragmatique. In CNEIFEI (éd.), Les compétences complexes dans l’éducation et le travail. Qu’est ce que la pensée ? (p. 292‑299). Suresnes.

Mayen, P. (2000). L’expert face au client : le nouveau métier de réceptionnaire. In J. Boutet (éd.), Le langage dans les restructurations du travail. Paris: L’Harmattan.

Mayen, P. (2007). Quelques repères pour analyser les situations dans lesquelles le travail consiste à agir pour et avec un autre. Recherches en éducation, (4), 51‑64.

Nagels, M., & Vourc’h, C. (2010). De l’évaluation, considérée comme une relation de service. Questions vives, 6(12), 45‑59.

Pastré, P. (2008). La didactique professionnelle : origines, fondements, perspectives. Travail et apprentissages, (1), 9‑21.

Piot, T. (2009). Quels indicateurs pour mesurer le développement professionnel dans les métiers adressés à autrui ? Questions vives, 5(11), 259‑275.

Pochat, A., & Falzon, P. (2000). Quand faire, c’est dire ou la reconnaissance du travail verbal. In XXXVème Congrès de la SELF « Communication et travail » Toulouse les 20, 21 et 22 septembre 2000 (p. 293‑303). Toulouse: Octarès.

Rabardel, P. (1999). Le langage comme instrument ? Eléments pour une théorie instrumentale étendue. In Y. Clot (éd.), Avec Vygotski (p. 241‑264). Paris: La Dispute.

Reach, G. (2007). Pourquoi se soigne-t-on ? Enquête sur la rationalité morale de l’observance. Lormont: Le Bord de l’eau.

Savoyant, A., & Leplat, J. (1983). Statut et fonction des communications dans l’activité des équipes de travail. Psychologie française, 28(3/4), 247/253.

Sixt-Touchard, B., & Carlin, N. (2003). Impacts de l’auto-analyse sur les opérateurs et leur travail. In Société d’ergonomie de langue française (éd.), XXXVIIIème Congrès de la SELF. Paris.

Theureau, J. (2005). Les méthodes de construction de données du programme de  recherche sur les cours d’action et leur articulation collective, et… la didactique des activités physiques et sportives ? Impulsions, (4), 281‑301.

Theureau, J. (2010). Les entretiens d’autoconfrontation et de remise en situation par les traces matérielles et le programme de recherche « cours d’action ». Revue d’anthropologie des connaissances,, 4(2), 287‑322.

Valléry, G. (2004). Relations de service et approche ergonomique : saisir le caractère dynamique et situé de l’activité au travers de l’analyse des interactions « agent-client ». Activités, 1(2), 121‑146.

Vermersch, P. (2004). L’entretien d’explicitation. Issy-Les-Moulineaux: ESF Éditeur.

Villeret, O. (2007). Régulation du discours d’un formateur pour initier à la pratique réflexive lors des entretiens de conseil. In AECSE (éd.), Actes du Congrès AECSE. Actualité de la Recherche en Education et en Formation. Strasbourg. Consulté à l’adresse http://www.congresintaref.org/actes_pdf/AREF2007_Olivier_VILLERET_435.pdf

Vinatier, I. (2009). Pour une didactique professionnelle de l’enseignement. Rennes: PUR.

Visser, W. (2006). L’analyse de l’expertise du point de vue de l’ergonomie cognitive. Conférence invitée présenté à 4ième Journée d’étude organisée par Le Sensolier  « Les expertises sensorielles : Nature et acquisition », Ivry sur Seine.

Vygotski, L. (1997). Pensée et langage. Paris: La Dispute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *